• Home   /  
  • Archive by category "1"

Cessay

Cessay, une ancienne grange médiévale

Cessay, l'auberge de Cessay, la ferme de Cessay, l'Espace Cessay... les appellations varient et pourtant toutes désignent l'ancienne Grange médiévale de Cessay.
Si aujourd'hui, dans son agréable cadre de forêt et de verdure, elle est assez éloignée de la route départementale qui relie Champagnole à Pontarlier, la Grange de Cessay était située jadis en bordure de l'axe qui conduisait de l'abbaye de Mont-Sainte-Marie à Salins.
Cette fameuse abbaye du bout du lac Saint-Point, rasée à la fin du 18e siècle à la faveur de la Révolution française, a joué, dès le 12e siècle, un rôle prépondérant dans la naissance du Haut-Doubs, au même titre que les Maisons de Joux, de Salins et de Chalon.
On ignore toujours comment et à quelle date exacte l'abbaye a acquis les terres de Cessay ; mais la citation du nom de Cessay en 1200 dans la charte d'Amédée, archevêque de Besançon (pour reconnaître officiellement l'abbaye de Mont-Sainte-Marie et confirmer les donations antérieures des sires de Joux et de Salins) suffit à attester l'existence de cette grange avant 1200. L'abbaye possédait aussi d'autres terres, par exemple dans le Val d'Usiers. La Grange de Cessay fournissait des denrées agricoles nécessaires à la survie et au développement de la jeune abbaye. La donation de Cessay à l'abbaye avant 1200 confirmerait donc que les terres de Cessay étaient déjà en partie défrichées, cultivées et productrices, ce qui attesterait de l'ancienneté de l'existence des terres, des bâtiments et de leur occupation par un groupe d'individus ; ceci n'a rien d'étonnant puisque l'on sait que cette région de la Chaux d'Arlier a été occupée, de façon nomade ou sédentaire, dès 5000 ans avant J.-C.


Qu'est-ce qu'une grange ?

C'est, au départ et dans le vocabulaire cistercien, un simple bâtiment de ferme destiné à stocker les récoltes; puis, dès 1119, le mot désigne une unité locale d'exploitation, polyvalente dans ses vocations agricoles.
Leur implantation obéissait à certaines règles : elles devaient être situées à moins d'une journée de marche de l'abbaye dont elles dépendaient et être éloignées d'au moins deux lieues les unes des autres afin d'éviter les conflits de pâturage. Elles étaient spécialisées dans une production.


Et la Grange de Cessay ?

La Grange de Cessay était une grange pastorale avec au début un important élevage d'ovins.
Une visite faite en juin 1699 constate qu'à Cessay " il y a une chapelle et quattre corps de bastiment avec le fourg séparé ". Le plus grand de ces bâtiments est composé de deux granges avec les écuries nécessaires.
Un plan de 1681, conservé aux Archives Départementales du Doubs, montre les bâtiments de Cessay, dont un est surmonté d'une croix: il s'agit de la chapelle qui se dresse encore aujourd'hui à Cessay. Cette chapelle a donc probablement été construite après la guerre de Dix Ans (1635-1644) ou pendant les ravages de la peste puisqu'elle était dédiée à Saint Roch que les pestiférés imploraient pour leur guérison.


L'exploitation du domaine de Cessay

Entre le village de Frasne et la Grange de Cessay, les problèmes de voisinage furent nombreux comme en témoignent les différends qui, entre les 15e et 18e siècles, opposèrent Frasne et l'abbaye de Mont-Sainte-Marie et ses grangers de Cessay. Citons pour mémoire quelques lieux-dits à l'origine des litiges : " la pièce des murets ", " le pré du pois ", " le pré du moulin ", " le champ des déserts ". Ces terrains ont nécessité plusieurs transactions (1540, 1678). Mais trop de propriétés restaient indivises pour que la bonne entente s'installe.
Une convention de 1739 devait malgré tout clore toute discussion pendant de longues années. Mais, un demi-siècle plus tard, la tourmente révolutionnaire sévit : les biens ecclésiastiques sont confisqués et mis en vente ; le territoire de Cessay est adjugé pour un prix dérisoire.


Cessay, de la Révolution à aujourd'hui

Le 23 juillet 1792, le domaine de Cessay fut adjugé pour 177 000 livres à près de 30 personnes. Mais les adjudicataires procédèrent à de nombreuses subrogations. La plus grande partie du domaine de Cessay revint aux familles Alix et Pioton.
Le 18 juillet 1822, les Alix vendent un quart de la Grange de Cessay à une famille Mermot. Mais très vite des difficultés surgissent entre les Alix et les Mermot, d'une part, et les communes de Frasne et de Dompierre, d'autre part, ce qui devait conduire à des procès.
Au 19e siècle, en plus de la chapelle, il restait deux fermes : la ferme du Bas et la ferme du Haut.
La ferme du Bas fut détruite par un incendie le 17 avril 1872. Elle sera reconstruite et à nouveau la proie des flammes le 23 octobre 1943 alors qu'elle est occupée par la famille Agile Vernerey. Un hangar agricole est aujourd'hui construit sur son emplacement. Le 13 juillet 1957, le Conseil municipal de Boujailles se porte acquéreur du domaine de la ferme du Bas avec presque 150 ha de terrains pour la somme de 19 570 000 francs.
Quant à la ferme du Haut, avec 60 ha de terrain, elle fut achetée par la commune de Frasne le 25 janvier 1955 pour la somme de 6 854 057 francs. Les agriculteurs fondèrent en 1961 la Société coopérative de pâturage de Frasne afin de gérer l'ensemble des communaux dont ceux de Cessay.
Le dernier fermier de la ferme du Haut, Auguste Jay, a quitté la ferme en 1957. La ferme sert alors de loge pour le bétail et de remise pour le matériel des agriculteurs.
Après les élections municipales de mars 1971, la nouvelle équipe s'attacha à développer certains atouts du village, et c'est ainsi que, sous l'impulsion de M. Claude Girard, conseiller municipal, une équipe de jeunes s'emploie à faire revivre le logement de la ferme pour y installer le relais de ski de fond.

Toujours avec M. Girard et la société de chasse, une installation de ball-trap fut réalisée à Cessay avec l'autorisation de la commune de Boujailles. Ce fut un cadre exceptionnel pour l'organisation de plusieurs fêtes du tir.
La ferme sera ensuite louée aux particuliers pour leurs fêtes de familles et le Club des Jeunes de Frasne organisera des fêtes champêtres avant de créer le festival de Cessay en 1981 avec l'A.P.E.A. (Association pour la Promotion de l'Expression Amateur). Le Comité des Fêtes organisera aussi des expositions sur le thème de l'histoire du village.
Mais, dans la nuit du 29 au 30 avril 1993, la ferme est victime d'un orage. Toute la partie habitation est détruite. Le Conseil municipal, sous la présidence de Lucien Bôle et après avoir pris l'avis des représentants du monde associatif et des différentes commissions, décide de ne pas démolir la ferme et de reconstruire la partie incendiée sans toutefois refaire l'ancien logement. Une salle de convivialité est alors prévue pour être mise à la disposition des habitants.

En 1997, le Conseil décide de louer à un particulier pour la création d'une auberge. Mais après le décès de l'aubergiste, le conseil reprend en charge la gestion de la ferme avec le concours du Comité des Fêtes pour, à nouveau, la mettre à disposition des familles et des associations. Depuis 2002, Cessay est devenu le lieu de rendez-vous des mercredis d'accueil en été.
En 2003, le Conseil municipal reçoit favorablement le projet des jeunes de vouloir reconstruire le parcours sportif détruit lors de la tempête de 1999.
Le site de Cessay est retenu avec les trois parcelles de bois qui ont été plantées juste après l'achat de la ferme par la commune en 1955.
Aujourd'hui, avec la création de l'ESPACE CESSAY, une nouvelle page de l'histoire de ce lieu s'écrit.

* * * * * * * * * * * * * * *

Une exposition permanente dans la salle de convivialité de la ferme de Cessay et le livre " La Grange de Cessay à Frasne " (publié en 2000), de Michel Renaud, permettent de revivre l'histoire de Cessay.

Voyez aussi la page La ferme de Cessay (patrimoine).

КОЛИЧЕСТВО ДЕШИФРОВОК О Мидж постучала пальцем по этой цифре. - Я так и думала. Деление на ноль. Бринкерхофф высоко поднял брови. - Выходит, все в порядке.

One thought on “Cessay

Leave a comment

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *